MES 4 CONSEILS POUR ÊTRE MOINS SUSCEPTIBLE

par Little Pucette
14 Commentaires
ÊTRE MOINS SUSCEPTIBLE-LITTLE PUCETTE

Hey Coucou Toi ! Si tu ne me connais pas dans ma vie personnelle tu ne le sais certainement pas, mais je suis de ces personnes que l’on qualifie de susceptible. Au quotidien, je prends pour moi la moindre petite remarque (qui souvent n’en est pas une d’ailleurs) et finis par me vexer. Dans ces cas là, je me braque, et impossible d’avoir la moindre discussion avant que je sois redescendue. Oui je suis aussi rancunière. Si les choses étaient simples, ça se saurait !

Mais (car il y a toujours un mais) j’essaie de travailler sur ce trait de caractère, qui, soyons honnête, est chiant pour tout le monde. Pour toi, car tu te sens pointé(e) du doigt à chaque parole. Et pour ton entourage qui doit constamment se justifier.

Bref, je ne vais pas te dire que je ne suis plus susceptible du tout. Ce serait mentir. Mais j’essaie de m’en défaire avec quelques petites astuces. Et vu que je suis super sympa, je te les partage aujourd’hui ! Tu es prêt(e) ? Alors voilà mes 4 petits conseils pour être moins susceptible !

SUSCEPTIBLE-COMPRENDRE-POURQUOI

COMPRENDRE POURQUOI ON NOUS FAIT CETTE REMARQUE

Dans son livre « Les 4 accords toltèques » (que je te conseille de lire d’ailleurs), Don Miguel Ruiz nous invite à ne pas prendre les choses personnellement.

Il faut savoir que lorsqu’une personne dit quelque chose, cela reflète, la plupart du temps, ses propres pensées, peurs ou complexes. Exemple concret, avec ma mère qui me répète souvent « Fait attention lorsque tu seras en Inde ». Tu ne t’imagines pas à quel point cette remarque a le don de me hérisser les poils. Dans ma tête, j’entends : « Mais qu’est-ce que tu vas faire en Inde ? Tu es inconsciente et ne sais pas te gérer seule ».  Mais en prenant du recul, je comprends qu’elle s’inquiète pour moi. Chez elle, cette phrase reflète simplement la peur qu’elle peut avoir de me perdre ou de me savoir mal.

L’idée n’est pas de faire de la psychologie de comptoir ou un truc dans le genre, mais simplement d’essayer de comprendre quel message la personne en face de nous essaie de nous faire passer. Parfois avec toute la maladresse du monde, je te l’accorde.

De plus en plus, j’essaie de me concentrer sur le pourquoi de la remarque, plutôt que sur la remarque elle-même. Et je dois dire que ça me permet d’être un peu moins susceptible.

COMPRENDRE POURQUOI ON PREND MAL CETTE REMARQUE

Tu te souviens de cette phrase que l’on répétait lorsque nous étions enfant : « il n’y a que la vérité qui blesse » ? Cette phrase qui, pour ma part, avait le don de m’énerver encore plus. Eh bien, avec l’âge et le recul, cette phrase prend tout son sens.

Tu le sais sûrement, mais en communication il y a ce que la personne en face de nous dit, et ce que l’on entend : l’interprétation. Pour moi, l’interprétation ne représente pas la vérité qui blesse (pour faire le lien avec notre phrase d’enfant). Mais elle représente NOTRE vérité. Ce que l’on pense de soi, réellement, et qui nous blesse. Tu es toujours là ?

Je me rends compte que lorsqu’une personne me dit quelque chose, je peux vite me sentir pointée du doigt, humiliée ou rabaissée. En fait, la plupart du temps mon cerveau transforme la phrase qu’on m’a dite, en reproche. Et c’est là que rentre en jeu la vérité. Ce reproche que j’entends, ce n’est pas la vérité. C’est MA vérité à moi.

Je te partage un exemple très concret parce que je sens que je te perds. Chéri me demande si j’ai lancé une machine de linge. Chose que, bien sûr, je n’ai pas faite. Premier réflexe presque instinctif, me vexer et lui dire « Non, et à ce que je sache tu ne l’as pas faite non plus ». En prenant du recul et en réfléchissant à ma réaction, je comprends qu’en réalité je culpabilise. Je culpabilise simplement d’en faire parfois (souvent) moins que lui à la maison.

Je suis honnête avec toi, j’ai toujours des réactions de défense, qui me rendent parfois agressive. Mais depuis que j’ai fait ce lien entre ce que l’on me dit, et ce que je pense de moi, j’arrive peu à peu à m’en défaire. Pour moi, la clé est avant tout la compréhension.

SUSCEPTIBLE-RECUL-ET-POSITIF

PRENDRE DU RECUL

Prendre du recul, c’est LE conseil que j’entends partout, et qui revient tout le temps. Je sais que dans certaines situations, on n’entend rien d’autre que la « remarque » que l’on vient de nous faire. Dans ces cas là, personnellement, j’ai la boule au ventre, les larmes au yeux, et cette remarque tourne en boucle dans ma tête. Alors prendre du recul, ce n’est vraiment pas évident. Mais pourtant c’est essentiel.

Je me suis rendue compte que c’était essentiel la semaine dernière. Et c’est d’ailleurs ce qui m’a donné l’idée de cet article. J’étais énervée contre Chéri qui était parti plus tard du travail, ce qui nous empêchait de sortir au lac avec la chienne. Dans ma tête je me disais : « Il s’en fout de moi et de mes besoins, il préfère rester au travail plutôt que de passer du temps avec moi ». Je n’ai simplement pas confiance en moi, et ai constamment besoin de me sentir aimée et soutenue.

J’ai compris que ce n’était pas si grave et qu’il fallait que je prenne du recul quand j’ai entendu Chéri téléphoner. J’ai eu l’impression qu’il pleurait au téléphone. Et là, sa situation au travail m’est revenue. Il croule sous la charge de travail, et s’il est resté plus tard ce soir-là, c’était simplement pour ne plus avoir cette pression de la boîte mail pleine. J’ai alors compris que ne pas aller balader au lac ce soir-là n’était pas si grave. Et surtout, que ça ne valait pas une prise de tête. Bon finalement, il était simplement au téléphone avec Leroy Merlin..

Un conseil pour prendre du recul : se questionner.  Est-ce que la remarque que tu viens d’entendre (si tant est qu’elle en soit une) vaut vraiment la peine de se prendre la tête avec la personne que tu as en face de toi ? Si elle venait à avoir un accident, lui en voudrais-tu toujours, ou serais-tu à ses côtés pour qu’elle aille mieux ? Bien sûr, je te prends un cas extrême, et c’est volontaire. J’essaie simplement de souligner la bêtise dont on (je) peut parfois faire preuve à se disputer pour des choses insignifiantes.

Alors prenons du recul, et relativisons !

SE CONCENTRER SUR LE POSITIF

Comment me concentrer sur le positif m’aide à être moins susceptible ? C’est assez simple. J’essaie de me rappeler ce que j’aime chez la personne que j’ai face à moi, ce qu’elle m’apporte et les bons moments que l’on peut partager. Cela me permet de voir le positif, les sourires et les attentions, plutôt que la remarque qu’elle a pu me faire.

En prenant du recul, je me rends souvent compte que je réagis de manière excessive, et que la dispute n’a pas lieu d’être. Me concentrer sur ces petites choses que j’aime chez la personne en face m’apaise, et me remet les idées en place. Le temps et la vie sont si précieux pour les gaspiller avec de telles futilités.

Et dans les cas où une réflexion est vraiment blessante, on peut aussi essayer de se concentrer sur le positif. Non pas en voyant les qualités de la personne, mais en réfléchissant à ce que peut nous apporter cette remarque. Cette remarque peut peut-être être constructive ? Comment évoluer ou faire évoluer les choses pour que cette remarque ne nous soit plus faite ? Je parle bien entendu des remarques justifiées, et qui te feront avancer !

Essayer de détourner les remarques en positif n’est pas évident, mais à force, on y arrive. Il faut être prêt à les entendre bien sûr, mais aussi à changer. Voir le positif dans tout ce que l’on voit et entend est une réelle force je trouve. Elle permet de laisser notre susceptibilité de côté, et de constamment évoluer. Bref, il n’y a jamais trop de positif !

SUSCEPTIBLE-A-TON-CLAVIER

A TES CONSEILS

Et voilà pour les petites choses que j’ai mises en place pour essayer d’être moins susceptible. Je dis bien essayer ! Il faut être honnête, on ne change pas son caractère en claquant des doigts, et souvent, le naturel revient en force.

Dans les cas où tu as laissé ta susceptibilité prendre le dessus, rien ne t’empêche, après coups, de te poser les questions suivantes. Qu’est-ce que cette personne a réellement voulu me dire ? Qu’est-ce que j’ai compris pour que ça me blesse autant ? Est-ce si grave que ça ? En quoi cette remarque peut m’apporter du positif ? Même si elles interviennent seulement après, les réponses que tu en tireras te seront bénéfiques pour la suite.

J’espère que cet article et ces petits conseils te seront utiles. Je ne prétends pas être la mieux placée pour te fournir ces conseils. Je les applique simplement au quotidien, et j’ai l’impression qu’ils m’aident.

Et toi, tu es susceptible ? Quelles astuces mets-tu en place pour laisser ta susceptibilité de côté ? Je suis preneuse de tous les conseils ! Et si tu ne l’es pas, mais que tu as une personne susceptible dans ton entourage, est-ce difficile pour toi ? J’attends tes retours avec impatience !

En attendant le prochain article, tu peux me retrouver sur Instagram ou sur Facebook !

Belle journée, et à très vite.

little-pucette-signature

 

 

14 Commentaires
1

CES ARTICLES POURRAIENT TE PLAIRE

14 Commentaires

LittleNastyGirl 4 décembre 2018 - 23:14

Hello! Top ton article et qu’est ce qu’il me parle… J’étais très très très très susceptible pendant mon adolescence, c’est simple on ne pouvait rien me dire, je me renfermais sur moi même et ne parlais plus (une horreur). Heureusement, j’ai grandis et je suis beaucoup moins susceptible, même si ça m’arrive encore aujourd’hui de prendre mal des remarques et de me renfermer. J’arrive à prendre du recul et à ne plus prendre tout mal, mais je pense que c’est un travail à faire un peu tous les jours sur soi même et qu’il n’y a pas vraiment de solution miracle… Peut être que cela reflète un manque de confiance en nous même?
Par contre, s’il y a bien une chose de mon caractère que je ne pense jamais pouvoir changer, c’est d’être rancunière…
Des bisous et si tu veux en discuter plus amplement avec moi (sur Instagram ou autre), ce sera avec plaisir 😘

Reply
Little Pucette 5 décembre 2018 - 08:39

Tu as raison quand tu dis que c’est un travail de tous les jours. On ne peut pas changer en un claquement de doigts. Ce serait trop simple ^^
Oui, c’est clair que ça reflète un manque de confiance en soi. En tous cas pour moi, c’est le cas. J’ai constamment peur du jugement des autres, et ne suis pas sur de mes choix.

Ah, la rancune ! C’est tellement difficile aussi ! Je m’apaise aussi avec le temps, même si pour passer à autre chose, c’est vraiment compliqué !

Je te souhaite une belle journée <3

Reply
queenofthetribu 6 décembre 2018 - 09:42

Ton article me parle beaucoup haha ! Je fais un gros travail sur moi même, pour prendre du recul, et ne pas monter au créneau tout de suite…

Reply
Marine Vaillant 6 décembre 2018 - 09:55

Je me reconnais dans cet article … Je suis susceptible pour une chose : quand je me sens comparée …Il faut que je travaille sur moi mais c’est plus facile à dire qu’a faire 😉

Reply
ana (planete parentage) 6 décembre 2018 - 10:19

Super article !!! il me parle beaucoup!! j’ai lu les 4 accords toltèques l’an dernier, mais je ferai bien de le relire!!
Allez pour ce mois de décembre objectif on se concentre sur le positif 🙂

Merci pour ce beau billet!

Reply
Ryan Helse 6 décembre 2018 - 10:51

Hello, super article sur le sujet !!!
J’ai l’une de mes très bonnes amies qui est susceptible et mon Dieu que ça peut être chiant et crispant parfois 😫.
Toujours à prendre pour soi la moindre remarque et se braquer pour rien …
Bon après elle aussi elle essaie de moins l’etre Et je vois du changement mais au début de n’était pas du tout facile . On se disputait souvent d’ailleurs je me souviens

Reply
Solange 6 décembre 2018 - 11:45

Je ne suis pas naturellement susceptible, mais je prends très à cœur les remarques que l’on peut me faire (ç’aurait plutôt tendance à m’attrister qu’à m’énerver). Mais je pense que tes conseils peuvent aussi s’appliquer dans ces cas-là 🙂 Merci !

Reply
Lara 6 décembre 2018 - 15:18

Merci pour cet article… j’ai déjà conscience que si les remarques me blessent, c’est souvent parce que je culpabilise de quelques choses !! Mais je n’arrive pas à en faire plus…en plus, je culpabilise pour un rien… Et je me braque !! Je fais des efforts mais pas assez pour le vivre bien… Affaire à suivre donc

Reply
Laë 6 décembre 2018 - 18:16

Hello ma belle,
Ton article me parle beaucoup haha avant j’étais très susceptible et puis avec le temps ça s’est estompé 🙂

Bisous,
Laë

Reply
amandine 6 décembre 2018 - 20:05

Voilà quatre conseils qui pourraient bien me servir de temps en temps 😛

Reply
Mallys 6 décembre 2018 - 21:07

Je ne suis pas susceptible. Oui il y’a la façon de dire et comme on l’interprète. Je prend tout au second degré. C’est un trait de caractère qui peut finir par nous pourrir la vie. Oui je suis d’accord il faut prendre du recul.

Reply
Queeney 6 décembre 2018 - 21:19

Je suis pas susceptible… Mais en l’écrivant😅… très bel article honnête et tellement vrai! De très bon point bien développer😘

Reply
Betilami 7 décembre 2018 - 09:01

Coucou ma belle, tu as touché du doigt l’un de mes principal défaut: la susceptibilité!
Ton article est très bien écrit dans le sens où je me suis retrouvée dans certaines situations… ce qui me sauve? c’est le fait que je ne sois pas du tout rancunière donc je me vexe facilement mais ça ne dure pas très longtemps et je pardonne (ou je me pardonne lol) vite!
Je vais garder tes conseils dans un coin de ma tête tout comme je garde les 4 accords toltèques.
Bon weekend

Reply
Blog lifestyle Marseille 8 décembre 2018 - 09:27

Et moi je rajouterais : ne jamais prendre les choses pour soi ! (des accords toltèques).
Je pars du principe que toute remarque constructive fait évoluer ! Les autres.. on s’en fou. C’est seulement une histoire de perception des choses la plupart du temps.

Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.